Retour à l'espace passion
visuel principal de la chronique
Enies
Administrateur

Il y a 10 mois | 202 vues

Gachiakuta de Kei Urana

Dans un style innovant quelque peu les codes du shōnen, Gachiakuta présente une épopée plutôt singulière mais qui rend totalement addict. Je vous explique.

Ce manga aborde des sujets réels de notre monde : bidonvilles, pauvreté, classes sociales différentes, tri des déchet et pollution.

On peut penser (même sans avoir l'avis de l'auteur Kei Urana) que cette saga est comme un moyen de sensibiliser les lecteurs, enfants comme adultes, en mettant sur la table ces problèmes sociétaux avec de la fantasy et de l'action. 

L'histoire met en scène Rudo, un jeune orphelin, vivant dans un bidonville avec Regto, l'homme qui s'est occupé de lui comme un père adoptif. Il lui a tout appris. Fils d'un tueur en série, le jeune garçon n'est pas très apprécié par les garçons de son âge. Seule Chiwa l'apprécie et traine avec lui. Ils sont épris l'un de l’autre mais ne veulent pas se l'avouer. Il porte des gants bien trop grand pour lui et en piteux état. 

Pourquoi me direz-vous ? 

Et bien, il possède de vilaines blessures inexplicables sur ses avants-bras et ses mains qui lui font horriblement mal. C'est une "maladie" qu'il a hérité de son père quand il était tout petit. Il les cache grâce à des bandages et à ces fameux gants que Regto lui a offert. 

editor_upload_64ae531c27c6c8.00887898image.png

Mais pourquoi des gants aussi miteux ? 

Appartenant à la classe inférieure, ils sont tous deux contraints de récupérer les déchets de la classe supérieure qui vit dans une ville charmante et bien entretenue.  Rudo a pour habitude de s'infiltrer discrètement dans les décharges afin d'y récupérer ces "ordures" qui sont encore en bon état et qui, pour lui, ne méritent pas d'être jetés de la sorte. Il veut en sauver le plus possible à chaque fois qu'il s'y aventure. Par la suite, il va les vendre dans le bas peuple afin d'obtenir quelques sous pour espérer survivre ici-bas.

editor_upload_64ae534ad98e48.03824622image.png

Et comment ont été déterminées ces classes ?

Au commencement, plusieurs années auparavant je veux dire, il n'y avait pas de classes. Cependant, cela à commencé quand des personnes commettaient des crimes, que ce soit du vol ou encore des meurtres. Dès lors, ils étaient "exilés" dans ces bidonvilles pour y vivre à jamais. Plusieurs générations ont suivis, leur quotidien est devenu ce qu'il est aujourd'hui et les nouvelles générations maudissent le nom de leurs ancêtres qui les ont fait croupir dans ce trou.

Mais ce n'est pas tout ! En plus de vivre dans la misère, ils doivent vivre dans la crainte... Un faux pas et c'est la décente aux enfers. Pour de vrai ! On peut le voir à deux reprises dans le tome 1 : lorsque Rudo est spectateur de cette scène abominable avec Chiwa et lorsqu'il est à son tour envoyé dans les abysses...

Pourquoi il y est envoyé ??

Comme je l'ai dit, un faux pas et c'est terminé. Rudo, pauvre de lui, s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Après avoir discuter assez subtilement de ses sentiments avec sa jeune amie, il rentre chez lui pour annoncer la bonne nouvelle à Regto. C'est alors qu'il le retrouve au sol, couvert de sang avec une épée plantée dans son abdomen. Au seuil de la mort, il arrive tout de même à dire ces quelques mots à son fils : "sauve-toi, dégage maintenant, promets-moi de changer ce monde de merde..."

 Il a été piégé. La seule chose dont il se souvient avant de pénétrer chez lui est un homme qui avait une cape un masque étrange couvrant son visage. Il le sait : c'est lui qui a fait ça. Malheureusement, il se fait attraper et condamner à la peine capitale. 

editor_upload_64ae5394a25148.43311640image.png

Que lui arrive-t-il...?

Il descend dans l'abysse, ce lieu sombre où personne n'est jamais revenu. Personne ne l'a cru. Tout le monde l'a condamné, dès sa naissance. 

En tombant, il atterrit sur un tas de déchets formant une immense colline. Que dis-je, des centaines de montagnes ! 

Pensant devoir errer jusqu'à sa mort, il se retrouve nez-à-nez avec un monstre, formé à partir de déchet. Il va le combattre et se faire aider par un homme mystérieux. Il va alors comprendre que certaines personnes ici-bas ont survécu grâce à un pouvoir hors du commun : ils peuvent donner vie à des objets, plus précisément des déchets.

editor_upload_64ae53c85f5556.99696168image.png

Vous souvenez-vous des gants de Rudo ? À la fois vieux et miteux. Et bien, lui qui en a pris le plus grand soin, il se verra obtenir un pouvoir très puissant sorti tout droit de ces gants.

C'est ainsi que débute cette épopée pleine d'action et d'amitié à rude épreuve. Difficile de faire confiance à quelqu'un quand personne ne crois en nous.

Mon avis : 

J'ai vraiment beaucoup aimé ce premier tome. Comme je l'ai dit, Gachiakuta aborde des sujets qui nous touche aussi, ce qui m'a intrigué sur la suite de l'épopée. Les pensées et le vécu de chaque personnage sont des éléments clés dans l'histoire qui feront avancer notre héros dans son souhait de vengeance. 

Ce qui m'a aussi beaucoup plu est le style de dessin de Kei Urana. De ce que j'ai pu voir dès les premières pages, le mangaka adapte bien ses crayonnés avec l'ambiance et le style mis en avant. Lors des scènes tristes, sanglantes ou remplies de haines, Les traits sont dus, sombres et très détaillés. Lors des passages avec Chiwa ou Regto, ce sont des moments calmes,d e discussions ou de joie. Il y a un peu moins de dureté dans le tracé et de noirceur dans les cases. 

Hâte de découvrir la suite !  

Tomes 1, 2 et 3 de Gachiakuta disponibles sur Fnac.com, écrit par Kei Urana.

Publié en juin 2023.

Si vous voulez en savoir plus sur les personnages,voici un petit décryptage de la saga : Gachiakuta : le nouveau shōnen incontournable