Retour à la page d'accueil
visuel principal de la chronique
domyno66
Légende

Il y a 8 mois | 103 vues

CHARRUE TORDUE, un roman d’Itamar VIEIRA Junior

Qui sont les Quilombos ? Ce sont les descendants des esclaves dont il est question dans son livre. Ils vivent en communauté, dans des conditions rudes et rudimentaires sur des terres qu’ils cultivent depuis plusieurs générations mais qui ne leur appartiennent toujours pas.

Le roman qui évoque la vie de ces familles débute par une étonnante découverte. 

L'histoire se déroule au Brésil dans une grande exploitation agricole où vivent des familles de descendants d'esclaves. Deux soeurs, Bibiana et Belonisia, âgée de 6 et 7 ans, découvrent un couteau en fouillant dans les affaires de leur grand-mère. Au milieu du dénuement de leurs vies, ce couteau apparaît comme un objet luxueux qui les subjugue et qu’elles vont porter à leur bouche pour en découvrir le goût… Un malheur survient suite à ces gestes, un malheur qui va donner sa direction au chemin de vie de Bibiana et de Belonisia. Et ce couteau restera un fil conducteur jusqu’à la fin du livre.

Dès les premières pages, j’ai été captivé par la narration. L’écriture est claire et fluide. Rapidement, on s'évade et on s’imagine, au fin fond du Brésil, sur les terres de ces Quilombos vaillants et résignés… Résignés ? Le père de Bibiana et de Belonisia ne sait même pas écrire mais c’est un grand guérisseur respecté. Il est courageux et se battra jusqu'à la création d’une école pour son peuple, pour que les enfants accèdent à l’instruction de base. 

Ce livre raconte la vie Bibiana et Belonisia, de leurs familles, leurs ascendants, leurs descendants... Les évolutions sont longues à venir. Il faut du temps, de la patience et du courage pour affronter et combattre les injustices. La route est longue. On partage la vie des paysans, leurs souffrances, leurs maladies, leurs croyances, les conséquences des sècheresses, des inondations sur leurs parcelles de terre, la construction de leurs cabanes (car on ne peut même pas parler de maisons). On vit à leur côté car les descriptions permettent d’imaginer l’environnement et le ressenti des personnages.

Alors que sur le papier, dans les lois, l’esclavage est depuis longtemps aboli, certains descendants d’esclaves vivent encore dans des conditions qui relèvent pourtant d’une forme d’esclavage.

J’ai lu ce livre en deux jours car il m’a captivée, par le sujet traité et par la façon dont il est traité. Son auteur  s’annonce comme un conteur prometteur, dans la grande tradition de l’Amérique latine.

.https://www.fnac.com/a17632454/Itamar-Vieira-Junior-Charrue-tordue