Retour à la page d'accueil
visuel principal de la chronique
Nathavh
Etoile montante

Il y a 3 mois | 86 vues

Journal d'un disparu - Ralf Bouffioux

J'ai croisé Ralf Bouffioux à la Foire du Livre de Bruxelles, nous nous sommes parlés,  il m'a raconté sa disparition volontaire , son récit m'a touché et m'a donné envie de le lire.

C'est en rentrant chez moi que je me suis souvenue de ce fait divers en février 2014, une voiture retrouvée incendiée dans les bois du sud de la Belgique, un appel à témoin, une disparition inquiétante, un suicide ?   Non, fort heureusement, ce livre en témoigne mais l'angoisse pour sa famille car c'est une  fuite de 15 mois tout de même.

J'ai voulu comprendre pourquoi Ralf était parti, ce qui peut pousser à une décision aussi extrême et radicale.  Issu d'une famille nombreuse, aimante avec une enfance heureuse, Ralf s'est retrouvé impuissant, renfermé sur lui-même lorsqu'une histoire d'amour à sens unique va déclencher son mal-être.  Il découvre et refoule son homosexualité, s'enferme, n'ose en parler, peut-être se l'avouer à lui-même, l'assumer et sa situation professionnelle précaire et insatisfaisante l'enfonce encore un peu plus dans son mal-être.  Au départ de sa fuite en vélo, il a trouvé du sens et s'est mis en tête de faire un tour d'Europe, en descendant jusque Venise et en remontant vers Ostende par la côte.

On va suivre avec lui le récit qui l'a sauvé, qui lui a permis de réaliser quelque chose, de se réaliser, de prendre confiance en lui.  Une disparition qui était sans doute nécessaire pour qu'il réalise qu'il a sa place dans la société.

Ce récit c'est son journal, son quotidien, ses états d'âme mais aussi de nombreuses belles rencontres, des gens, des visages, des émotions.  Ce sont des photos instantanées émaillées de réflexion sur notre société et notre planète.  Cette fuite était je pense indispensable pour que Ralf se réconcilie avec lui-même et la société, y trouve sa place, se réalise et se prouve à lui-même qu'il était capable de jolies choses.

J'espère et je pense que cela lui a permis de trouver le bonheur et la sérénité.

Un road movie intéressant à découvrir car le phénomène des disparitions volontaires est bien réel, au Japon, on les nomme "Les évaporés" du nom éponyme du roman de Thomas Reverdy traitant le sujet.

Ma note : 8.5/10