Retour à la page d'accueil
visuel principal de la chronique
Yasei
Expert

Il y a 3 mois | 53 vues

Dans la tête d’un monstre dans le déni…

L’épaisseur d’un cheveux se concentre sur l’auteur d’un uxoricide, Étienne, correcteur d’une maison d’édition égocentré, possessif, mégalo, aigri. Sa sensibilité à l’art et aux mots, ainsi que sa retenue ne compensent en rien le fait qu’il est humainement exécrable.

Sa femme Vive est tout en contraste, car solaire, spontanée, sociable, patiente, et même si les opposées s’attirent, on remarque qu’en dix ans, le rigide Étienne a enfermé sa relation dans des rituels, des règles et beaucoup de non-dits ; la frustration de l’un et l’autre a fini par déborder, et les débordements, Étienne ne peut les supporter… Il n’a pas su gérer, il est devenu fou jusqu’à l’acte irréversible.

Ce roman est glaçant, il décortique peu à peu l’histoire de ce couple lambda qui bascule dans l’homicide conjugal. On est face à un profil inattendu d’un pauvre type antipathique mal assorti qui passe son amertume et sa colère sur sa femme en lui ôtant la vie.

Livre bien écrit, pas inintéressant, mais pas extraordinaire.

Thématique difficile que je préfère voir aborder différemment.