Retour à la page d'accueil
visuel principal de la chronique
Caroline7
Expert

Il y a 2 mois | 53 vues

Mon beau sapin...

La sonnerie avait à peine retenti qu’une marée humaine de gamins déferla à travers les portes de l’école. Lucy et Camille, les jumelles comme tout le monde les appelaient , se précipitèrent dans la voiture de leur maman pour lui raconter ce qu’elles avaient appris dans la journée. Elles étaient fières de leurs nouvelles connaissances sur l’écologie et n’avaient plus qu’une seule idée en tête : planter des arbres dans le jardin !

Tout en conduisant, leur maman les écoutait avec attention. Elle se disait aussi qu’une fois arrivées à la maison et en voyant la surprise que leur papa leur avait préparée, elles oublieraient bien vite cette idée.
Elle revoyait son mari en train de s’acharner sur le sapin qu’il avait acheté.

Tout d’abord, la base du tronc ne rentrait pas dans le pied en fer. Il avait forcé dessus un bon moment, tout en râlant parce que les épines des branches basses lui piquaient le visage.

Puis, les guirlandes électriques étaient complètement emmêlées. Chaque année, elles mettaient sa patience à rude épreuve et il jurait que ça n’arriverait plus, qu’il ferait attention. Mais chaque année, elles étaient rangées à la va vite, parce que la fin des fêtes, quand il faut tout remiser au placard, n’est pas un moment très joyeux et il avait tendance à expédier cette tâche ingrate.

Venait ensuite la répartition de ces mêmes guirlandes sur le sapin, sans le faire tomber, et en faisant attention à ce que le bout ne soit pas trop loin de la prise murale, sous peine de devoir tout recommencer. Enfin, venait le tour des autres guirlandes et des boules dont il manquait bien souvent le fil pour les suspendre à l’arbre.

Quand il eut terminé, sa mine renfrognée, rouge et essoufflée avait laissé la place au visage rayonnant du mâle ayant accompli un exploit dont lui seul était capable.

En apprenant qu’une surprise les attendait au salon, les deux gamines se précipitèrent hors de la voiture en oubliant leurs cartables. Exceptionnellement, leur maman ne les rappela pas à l’ordre.
Elles déboulèrent dans le salon, totalement surexcitées, et en voyant ce magnifique sapin décoré et brillant de mille éclats, elles se figèrent.

— Il a tué un aaarbreee !, geignit l’une.

— Il a cassé la maison de l’écureuil, sanglota l’autre.

Elles commencèrent alors à pleurer sous les regards interloqués de leur parents…