Retour à la page d'accueil
visuel principal de la chronique
Yasei
Champion

Il y a 3 mois | 64 vues

Métaphore de la haine de soi et du rejet

Là, c’est la goutte d’eau, car Arashiro est gay, et enfermé aux toilettes suite à une énième agression, il souhaite en finir avec la vie.

Sauf qu’en sortant de la salle d’eau, de façon incompréhensible, il se retrouve métamorphosé en monstre.

Suite à cette nouvelle apparence, le lycéen va prendre confiance en lui ainsi que s’assumer enfin devant M.Kuroda et son harceleur principal, Naruse.

C’est vraiment un manga intéressant, il est assez pertinent sur beaucoup de points, j’ai en revanche moins aimé le fait que Arashiro bascule un moment dans le mauvais rôle, avec notamment une scène dérangeante avec son prof qui à mon sens lui fait perdre de la valeur - même si je peux comprendre que sa nouvelle position stimule l’envie de vengeance et d’agir à la façon du monstre qu’il est devenu en apparence.

Puis, le harcelé qui devient harceleur c’est du déjà-vu, mais cela a l’avantage de mettre en évidence le profil « du méchant » initial, et dans ce manga, il s’agit de Naruse, dont on découvre les raisons de la haine qu’il avait dirigé vers Arashiro. Ce qui va amener à des situations inattendues, mais salvatrices.

Aussi, l’histoire met en évidence le déni du lycée face au harcèlement, menant à une prise de conscience du professeur Kuroda qui, malgré un fond détestable, s’efforcera alors de se montrer à la hauteur de la situation. Mais quand on est à côté de la plaque, difficile de changer profondément les choses…

Conclusion. Les points négatifs d’abord : le héros n’est pas vraiment attachant (selon moi), il manquait une certaine dose d’émotions et quelques choix scénaristiques desservent un peu le sujet.

Sinon, je dirais que Monstrophobie est un manga nécessaire, car aborde des thèmes importants (l’acceptation de soi face à l’homophobie, la transidentité, le harcèlement, la confiance en soi…) et met en avant des situations qui parleront à beaucoup. Les illustrations sont excellentes, l’histoire est fluide, bien rythmée et sans édulcoration (bon point !).