Retour à l'espace passion
visuel principal de la chronique
TOFPOLAR
Légende

Il y a 2 mois | 59 vues

Le Paradis-un peu plus loin de Mario Vargas Llosa

Mario Vargas Llosa évoque les destins croisés d'une militante andalouse, féministe et ouvriériste Flora Tristan et d'un artiste né un siècle plus tard, le peintre Paul  Gauguin. Quel lien existe-t-il entre la féministe andalouse, qui a porté le socialisme parmi les ouvriers durant la première moitié du XIXe siècle, et le peintre breton, qui s'est éteint aux îles Marquises parmi ces Mahoris auxquels il a consacré d'admirables toiles ? La première est née en 1803; le second est mort en 1903. Mais, plus fort que la boucle d'un siècle, leur lien est celui du sang, Paul Gauguin est le petit-fils de Flora Tristan.

Construit sur deux volets ouverts et sous la plume de l’auteur, Flora Tristan et Paul Gauguin deviennent Florita l'Andalouse et Koké le Maori, il fait revivre deux êtres libertaires, passionnés, d’une profonde humanité, hantés par une quête de l’absolu. En but à l'hostilité de l'Église et des autorités, ils auront l'un et l'autre chèrement payé pour leurs ardeurs et leurs sentiments généreux. Flora qui voulait transformer le monde en faisant disparaître l'injustice. Paul était plein d'illusions,  leurs  volontés communes de réconcilier la nature et l'instinct. Ils vécurent l'enfer pour avoir désespérément voulu bâtir le Paradis. Ce Paradis auquel Flora et Paul ont aspiré, et pour lequel ils n'ont cessé de combattre, se trouve toujours « un peu plus loin »…

Fidèle à ses partis pris d'intellectuel engagé, l’auteur se penche sur l'utopie et s'en saisit avec force.  L'écriture atteint une efficacité remarquable,  Mario Vargas Llosa procède ici à une réflexion d'une extrême finesse. Ce double portrait d'idéalistes déterminés à changer le monde est à méditer. Une œuvre d'une véracité poignante, l'écrivain trace un parallèle à valeur exemplaire. Le fil de ces cinq cents pages suit l'action opiniâtre de deux êtres engagés à changer le monde. Un roman à la construction magistrale, les grandes utopies politiques et artistiques des temps modernes. Un très grand roman ou Vargas Llosa puise la certitude que l’on peut construire un monde meilleur. Puissant, magnifique.