Retour au profil
visuel principal de la chronique
AMB37
Légende

Il y a 3 mois | 59 vues

Refaire le monde avec Jane Goodal (Valentin Pringuay)

En jaune et noir, ce livre superbe décline 11 chapitres en deux parties pour évoquer « Une bille bleu et vert qui dérive dans l’espace à plus de mille kilomètres par heure ». La Terre . Et nous. Des Extraterrestres de passage , déjà en route pour d’autres planètes.

Valentin Pringuay expose avec brio et empathie des valeurs et des enjeux  sur le monde du vivant , brossant le portrait admirable de douze protagonistes ayant des convictions et des missions qui convergent sur le respect et la préservation de notre planète. Ils vivent aux quatre coins du monde.

Vous rencontrerez dans ces pages, des gens souvent humbles, tellement passionnés et impliqués qu’on voudrait réellement les côtoyer. Beaucoup me sont inconnus et je sais grée à ce prix du jury (et aussi au choix  de Nathalie ) de m’avoir permis d’ouvrir ma réflexion sur ces sujets. Si Jane Goodall est une icône (tt le monde connaît ses films sur les chimpanzés) , c’est sa pensée, sa « dream team » que l’auteur nous présente dans la deuxième partie.

*Dans la première partie : Mac Hall (descendant de la nation cherokee) reconnecte les jeunes indigènes avec la Nature, Melinda Kramer et Amira Jessica Diamond(cofondatrices de la Women’s Earth Alliance)collectent des fonds pour aider des petits groupes de femmes à protéger la forêt, à l’instar de Graig Foster (fondateur du Sea Change)pour la préservation de l’océan ( à noter, son oscar du meilleur film documentaire en 2021 : « La sagesse de la pieuvre » ; il est sur Netflix) . Mais, encore,  Anthony Collins (directeur de recherche sur les babouins au Goodall Institute) qui met en garde sur les limites de la Nature à qui l’Humain demande toujours plus, Lilian Pintea (vice-président de la conservation au Jane Goodall Institute )développe des outils de nouvelles technologies, utiles à la connaissance du terrain. Tous ces témoignages accréditent que chaque espèce incarnant le monde vivant (faune, flore) réagit , meurt ou s’adapte face à l’environnement tout comme l’Homme.

* Dans un second temps d’analyse et de réflexion, on trouve la « dream team » de Jeanne Goodall, après un interlude qui fait le point sur le rôle des sus-cités et recentre les objectifs de la parution : sa vision du monde, ses stratégies , ses défis et de quelle manière on pourrait y prendre part. C’est une équipe qui gagne, sur tous les fronts car il n’y a pas de petite victoire. Robert Eden (vigneron et copropriétaire du Château Maris) nous éclaire sur sa philosophie de travailleur de la Terre . à l’heure où le Glyphosate embrase le monde agricole, ces mots font résonnance : « Si vous produisez quelque chose à partir de celle-ci, votre principal atout, c’est la vie qui se situe sur le sol et sous le sol. Vous devez en prendre soin. ». Si Forrest Cuch (ancien directeur des Affaires indiennes de l’Utah)apporte sa pierre à l’édifice, en liant la question des Ancêtres à celle de la jeunesse ( l’héritage est d’importance dans la Nation Iroquoise), Paul Polman et Jeff Seabright (cofondateurs d’Imagine) nous entrainent dans une dimension économique, une écologie intelligente et dynamique : « Il n’y a pas de business sur une planète morte ». Galitt Kenan (8 ans aux côtés d’Arthus-Bertrand à la fondation GoodPlanet) présente quant à elle, le programme de Roots&Shoots, une belle aventure, mobilisant les jeunes générations : «chaque individu compte, chaque individu fait la différence chaque jour ».

Une conclusion incite le lecteur à s’interroger personnellement et s’engager…

Le mot de l’auteur : « J’ai pensé ce livre comme un vaisseau par lequel transmettre le message d’espoir et d’engagement porté infatigablement par Jane… »

Alors, embarquez, refaites le monde,  c’est un merveilleux voyage. Le livre est beau, foisonnant, enrichissant. On peut choisir chaque escale sans supporter la lourdeur d’une expédition linéaire. Y trouver une petite place, peut-être ?

Merci encore pour ce prix du jury qui m’a enthousiasmée.

 

Quelques chemins de traverse :

Le livre de l’Espoir (Jane Goodall-Douglas Abrahms) 2021

La vie secrète des arbres (Peter Wohlleben)2017

L’intelligence des plantes( Stefano Mancuso- Alessandra Viola.) 2018

La sagesse de la pieuvre (film disponible sur Netflix, Greg Foster)2021

Net Positive (Jeff Seabright) : sous-titre : Comment les entreprises courageuses prospèrent en donnant plus qu’elles ne prennent. 2021