Retour à la page d'accueil
visuel principal de la chronique
EglantineLilas
Légende

Il y a 1 mois | 138 vues

La Toile des Femmes, de Soleyne JOUBERT.

Esther est une jeune femme d’une trentaine d’années. La vie au Burkina Faso, où elle a vécu heureuse avec Pierre, travailleur humanitaire, est devenue dangereuse et elle doit quitter le pays, bien que sur le point d’accoucher, sans Pierre, qui doit la rejoindre plus tard à Paris. 

Elle va s’installer en attendant, chez son père, père encore moins présent, depuis le décès de sa femme. Elle retrouve, Aude, son amie d’enfance et maintenant sa belle-sœur.

L’accouchement d’Esther va se déclencher peu de temps après son arrivée, à Paris, trop tôt. Elle n’est pas prête. Lorsqu'elle arrive à l’hôpital, on lui demande si elle attend une fille ou un garçon, elle répondra :

- Une fille

N’est-ce pas, pour « elle » les projets faits avec Pierre, après que le médecin leur a annoncé le sexe de cet enfant, désiré par tous les deux ?

La naissance de ce bébé, un petit garçon chétif, au lieu de la petite fille attendue, se fera sans le « deuxième parent » qui non seulement n’est pas là, mais qui ne répond à aucun appel.

Aude, mère épanouie, est là et sera là auprès d’Esther, fragile, démunie, qui ne ressent rien pour cet enfant et qui va sombrer dans une dépression.

« Aude s’accouda sur la couveuse du nouveau-né et l’observa avec tendresse.

-         Bonjour petit cœur, je suis ta tante. »

Parce que le pire, un jour arrive, la mère et l’enfant vont être séparés provisoirement. Pour se soigner, Esther trouvera refuge auprès de sa grand-mère maternelle, à Uzerche, où est enterrée sa mère.

« Elle aurait tout donné pour voir sa mère, pour la sentir proche, pour retourner dans son ventre à elle et y rester. C’est ça qu’elle devait faire : retourner auprès de sa mère ».

« Devant la tombe, les pieds dans les graviers, Esther n’eut rien à dire. Elle avait souvent imaginé cette scène. Elle s'était dite qu'il y aurait tant à raconter ; de son voyage au Burkina, de la douceur de l'amour avec Pierre, de la joie d'avoir un bébé dans le ventre. Mais rien ne venait ».

J’ai lu ce livre, en un après-midi, ce qui m’arrive de moins en moins fréquemment, ce portrait touchant d’une jeune femme qui devient mère. Même, lorsqu’une grossesse est souhaitée, et c’est le cas d’Esther, la maternité est bouleversante et complexe, et peut ne pas conduire toujours à la joie lors de la naissance, quelles que soient les circonstances.

J’ai un peu de mal à exprimer l’émotion que j’ai ressenti à la lecture de ce livre qui met en avant le chemin si fragile de la maternité. Certaines naissances, et encore une fois, même si elles sont souhaitées, se font dans la douleur, au-delà de celles de l’accouchement. Chaque parcours de vie est différent, mais être mère ça s’apprend aussi avec l’enfant, père aussi d’ailleurs.

C’est un très beau livre, mieux que je ne peux l’exprimer, et qui mérite d’être lu.

 

L’auteur, Soleyne JOUBERT, est née à : Paris, en 1989.

C’est une romancière, rédactrice et biographe qui vit à Bordeaux. Elle a travaillé et aimé l’écriture sous différentes formes : le journalisme, la rédaction web, le blogging. Jusqu’au roman.